Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Créée en décembre 2001 par douze membres fondateurs de diverses professions (dont des médecins gynécologues, des sages-femmes et des journalistes), ADSF – Agir pour la santé des femmes a voulu répondre à un désintérêt pour la santé de genre et à un déficit d’acteurs dans le champ spécifique de la santé des femmes dans l’aide aux populations les plus vulnérables.

Le principe d’ADSF –Agir pour la santé des femmes est alors posé : « La santé des femmes comme un état de bien-être social, physique et mental. », telle qu’elle est définie par l’Organisation Mondiale de la Santé. En France, depuis 2002, ADSF – Agir pour la santé des femmes dispense des consultations gynécologiques dans les centres d’hébergement d’urgence du Samu Social de Paris. C’est également un dispositif d’équipes mobiles qui a été mise en place à partir de 2014 visant à l’amélioration de la santé des femmes les plus éloignées du système de soins.

En 2017, des maraudes de santé mentale et des accueils hygiène et santé sont mis en place. Ce développement des activités répond à une augmentation croissante du nombre de femmes en situation d’exclusion et de précarité, constatée par l’ensemble des acteurs de l’aide telles qu’en témoignent les récentes enquêtes et les observations de terrain menées par ADSF – Agir pour la santé des femmes : +66% de demandes de femmes au cours des 10 dernières années ont appelé le 115 pour solliciter de l’hébergement d’urgence versus 44% pour les hommes (enquête Samu Social de Paris 2016). Enquête auprès des femmes en situation d’exclusion (enquête Samu Social de Paris – ESI Halte femmes, enquête 2016) : plus d’une femme sur 2 accueillies estiment avoir un état de santé général (physique et mental) mauvais à très mauvais.

Face à cette augmentation, ADSF – Agir pour la santé des femmes décide alors d’ouvrir un centre d’accueil pour femmes sans-abri avec la Fondation de l’Armée du Salut, La Cité des Dames, à Paris (13e), en décembre 2018.